five strings,three notes, two fingers, one asshole

Quentin David

 
Suivre @robotwarrior3

[KILA] ca tourne… Action !

Hola les enfants ! La semaine dernière a été surtout rythmée par le travail pour Kila : la première partie de Zaho est dans un peu plus d’un mois, et nous commençons à regarder ce qu’il va nous falloir pour le live, en plus d’apprendre d’autres morceaux : séquences ou pas séquences, sons disponibles…

Et comme ça ne suffisait pas, ben on s’est mis à enregistrer plusieurs titres qui pourraient bien figurer sur une prochaine galette !
Alors ça monte la batterie, ça fait des prises de sons, ça envoie… Oh que oui ça envoie, gros son garanti ! Je ne sais pas si ce sont les espèces de baguettes sans olives de Pierrick, signature de je ne sais plus quel batteur, mais punaise… LE son hip hop.

La basse est enregistrée dans la foulée par Mr Tristan, qui nous envoie de grosses lignes plus qu’efficaces !

Quant à moi, comme c’est du hip hop, j’essaie d’utiliser de temps en temps ma guitare autrement, n’étant pas l’instrument principal de ce genre de musique. Alors bien sûr, on a droit à de la guitare saturée, des cocottes funkys, des arpèges à la guitare nylon… Mais c’est cool aussi de bosser d’autres choses.
J’essaye d’utiliser quelques harmoniques et de les traiter avec divers effets, pour renforcer des parties ambiantes. Ou même de descendre mon accordage, afin de donner une tessiture de guitare inattendue dans le hip hop. Les métalleux ont l’habitude, mais ici non !

J’ai beaucoup RATM en tête quand je fais ce genre de sons, forcément. Tom Morello a placé la barre très haute ! Une créativité incroyable.

ça, c’est de la semaine comme je les aime !
Prochaine étape : la suite des répétitions pour Zaho !

[Tomás Gubitsch] Le tango en 2013

Hey ! Un billet rapide sur un guitariste que j’ai découvert ce week end : Tomás Gubitsch. 6 cordistes argentin ayant connu la gloire au sein du groupe de rock Invisible, il finit par s’exiler en France en 1977, suite à la tournée effectuée avec Astor Piazzolla (excusez du peu), fuyant le totalitarisme de son pays.

Il se retrouva compositeur de musiques de films, fut amené à diriger des orchestres… des activités qui l’amèneront à ne plus toucher une guitare pendant longtemps, trèèèès longtemps.

Je peux vous dire qu’il a bien fait de reprendre. Ce qu’il joue est fabuleux, du tango fait en 2013 ! Jugez donc par vous-même :


J’ai vraiment été stupéfait par son approche, son phrasé, sa manière de ressentir le tango et la force que dégage son trio.

N’hésitez pas à faire un tour sur son site internet et à écouter son dernier album en date, Itaca !

[CLYDE] Live aux Lectures Aleatoires ? Done !

image



¡Hola, Niños! ça faisait longtemps !

Aujourd’hui, petit billet sur CLYDE.
Nous avons ouvert le grand bal des concerts samedi 9 Mars aux Lectures Aléatoires. Formation enfin stabilisée, répertoire ok, il ne restait plus qu’à passer l’épreuve du live !

Nous nous sommes ainsi retrouvés avec nos copains de OST et de 5 in a Box pour un concert qui s’annonçait sous le signe du rock’n’roll !

ça nous a permis d’essayer plusieurs choses pour la scène : les tenues, les lumières…

Super show de OST (portant bien son nom, Original Soundtrack), qui a fini son set par la BO de 28 jours plus tard : absolument saisissant…

Grosse performance de 5 in A Box, du rock groovy avec un chanteur oufissime qui ait trembler Zack de la Rocha quand il reprend du RATM !

Et puis vint notre tour… Notre entrée, sur les vidéos, est cosmique : nous avions des tenues jetables, qu’on utilise dans l’agroalimentaire notamment. Vous savez, ces tenues blanches transparentes qui vous recouvrent des pieds à la tête ? Imaginez que vous ayez un caleçon blanc dessous (pensant bien faire) qui se retrouve bleu avec les néons ! Je peux te dire qu’on ne voit que ça, ah ah !

Le néon vert en guise de pied de micro a super bien fonctionné, visuellement ça rend bien.
Musicalement, quelques problèmes de retours ont rendu la performance peu aisée, mais quoi qu’il arrive, show must go on ! Nous avons bravé le son approximatif auquel nous avions droit et avons enchainé notre set jusqu’à la reprise de Territorial Pissings (Nirvana) et son intro… jazzy. Ben oui. Mais ça sonne hein, des accords enrichis et un swing ternaire sur du Nirvana !

Nous allons bien bosser le son, les balances pour le prochain live, afin de bien s’entendre et que ce soit toujours mieux. C’est la règle !

Un grand merci à tous ceux qui ont été présents en tout cas, vous êtes géniaux !


On se retrouve le 6 Avril prochain au SALEM (Haillan) avec Eko et La Belle SF !

[Clyde] Le concert de samedi approche !

Hello guys ! Deux mois que je tiens ce blog, et aucun post sur Clyde ! Nous allons réparer ça !

Groupe de rock grungy, nous nous devons d’affronter la scène des Lectures Aléatoires ce samedi ! Du coup, bah… ça bosse !

On a la chance de pouvoir répéter dans la salle du SALEM, avec une jolie sono, des retours et tout ce qu’il faut. C’est pas chez nous mais on s’y sent très bien quand même !

Ce soir nous mettrons en place les dernières transitions entre les morceaux, et puis sûrement d’autres trucs. Des feux d’artifice, un numéro d’effeuillage, une featuring avec Cindy Sanders, on hésite encore… Mais on va trouver !

Je rebosse mes parties de guitare et de triangle par la même occase. Dieu merci on a inventé la fonction mp3 dans les mobiles ! Je peux bosser, repiquer, revérifier des structures… partout maintenant !

On est super content de jouer avec OST et 5 in a Box ! Perso j’ai déjà vu ces derniers à l’œuvre et ça va envoyer grave ! Ils rigolent pas les enfants !


On a pas mal de dates qui commencent à tomber, et ça c’est bien bien cool ! Vous pouvez les retrouver dans la rubrique “Shows” d’ailleurs.


Oh, au fait… Les sessions d’enregistrement voix sont bientôt finies :

Bientôt le mixage et le mastering, yeeeeeeeah !

Si jamais vous voulez écouter ce que ça donne, direction les Lectures Aléatoires samedi soir ! On sera bien content de voir vos ganaches !

[Soulbeats Records] Meme les meilleures choses ont une fin

ça y est. Vendredi dernier fut la clôture de deux mois de stage au sein de ce label de reggae made in Medoc.

Deux mois à vivre l’actu des artistes, à promouvoir les albums déjà sortis, mais aussi à réfléchir sur la promotion de ceux qui viennent. Deux mois à se lever tous les matins avec le sourire.

Alors évidemment, concernant mon mémoire, deux mois étant bien trop court pour se fier aux chiffres, je vais encore trainer par-ci par-là, tout ne se finit pas du jour au lendemain. Google Analytics et ses potes vont encore m’avoir sur le dos pendant quelques temps. Je vais notamment continuer à vérifier à ce que ce cher filtre Edgerank sur Facebook ne nous massacre pas trop en termes de vues.

Mais ce fut bel et bien la dernière fois que je prenais place, sur mon bureau, que j’allumais l’ordinateur et, après avoir rapidement fait le tour de l’actu musicale (merci les flux RSS), j’entamais le travail du jour.

Le staff est constitué de gens formidables. Vraiment. Ils vont me manquer, même si nos chemins continueront souvent à se croiser.

C’est vraiment un plaisir de travailler avec des gens aussi passionnés, de travailler également avec un groupe comme les Shaolin qui sont à l’écoute concernant les conseils, et ne manquent pas d’idées eux non plus, au contraire.

C’est une très jolie “parenthèse” que l’on m’a offert là, entre mes deux semestres de cours.

Alors, simplement, les gens de Soulbeats, les Shaolin, je voulais vous dire merci. Et surtout, surtout, à très bientôt.

PS : Pas de panique les enfants, ce blog a encore plein plein de choses à raconter ! En musique of course ! Au programme, un peu de Clyde et de notre prochain concert ce 9 Mars aux Lectures Aléatoires ! Stay tuned guys !

[Soulbeats Records] Outils numeriques pour zicos, le retour

Hola les enfants ! ça faisait un moment que je n’avais pas écrit ! ça arrive, suivant les semaines…

Cette semaine à Soulbeats Records, j’ai passé pas mal de temps à répertorier des outils qui peuvent être utiles dans l’application d’une stratégie numérique.
Aujourd’hui j’aimerais vous faire une petite sélection de sites qui peuvent faciliter la vie du musicien.

Besoin de soigner sa présence sur les réseaux sociaux ? Pourquoi ne pas user des applications Facebook ? Les jeux concours peuvent s’avérer payant.

Socialshaker vous propose ceci gratuitement, si vous avez moins de 1000 fans. Concours, coupons de réduction, photo contest… Il y a de quoi faire !

Vous connaissez déjà la gloire ? Kontestapp propose des conours basiques durant 7 jours gratuitement, quel que soit votre nombre de fans !


Vous distribuez des flyers, et vous voudriez bien en profiter pour diriger les gens vers votre site ? No problemo, vous pourriez insérer un QR Code redirigeant vers votre site. Unitag peut générer et personnaliser votre QR Code ! A vous d’être créatif pour inciter le public à flasher.

Votre site internet s’affiche sur les mobiles, mais l’interface n’est pas des plus simples sur un petit écran ? Pas les moyens ni les capacités de créer une véritable version mobile, à l’instar d’un Facebook ou d’un Twitter ? Créez-vous une application mobile ! Bandapp vous permet de faire cela gratuitement. L’interface est claire, et propose de cliquer directement sur la bio, les dates de concert… La musique est synchronisée via Soundcloud ou Itunes.

Ce qui est intéressant avec une appli mobile, c’est de proposer quelque chose de différent de ce que vous pouvez proposer sur votre site internet. Comme ici vous êtes un peu bridé par les fonctionnalités, essayez d’être originaux sur le contenu !

[ROOM 72] The Heavy, c’est la ssecla ou pas ?

Hello les enfants ! Aujourd’hui, nous allons revenir sur un concert de la semaine dernière, que j’attendais particulièrement : The Heavy, The Skins et The Computers au Krakatoa, mardi dernier.


J’ai eu l’occase de recevoir le nouvel album de The Heavy “The Glorious Dead”, peu de temps auparavant, qui est une véritable tuerie ! Un joyeux mélange de rock, soul, funk, hip hop… Un cocktail d’influences toujours mixées avec bon goût.

Vous pouvez d’ailleurs retrouver la chronique de l’album ici, sur Room 72.


Sachant qu’ils étaient accompagnés de deux autres excellents groupes, comment vouliez-vous que je ne trépigne pas d’impatience à voir tout ceci en live ?

Il y avait notamment les jeunes New Yorkais de The Skins, que j’ai connu sur la Toile, grâce à “Surf” :

Avouez que ça claque comme ça hein ? Dommage qu’ils ne l’aient pas jouée en concert…


Nous avions également droit aux fous furieux de The Computers, du garage rock mené par un chanteur complètement frappé ! ça faisait longtemps que je n’avais pas vu quelqu’un dégager autant d’énergie.

Nous avions en gros droit à deux première parties avant d’entendre The Heavy. Et croyez-moi, mieux valait être présent depuis le début, rien n’était à jeter ! Notre tête d’affiche passe allégrement l’épreuve du live malgré quelques arrangements de “cordes” et de cuivres pas piquées des hannetons !

Si une description bien plus complète vous intéresse, le live report est à votre disposition les gars !

[Soulbeats Records] Label licencie/label producteur, kezako ?

Hola les loulous ! J’espère que ce week end pluvieux s’est bien passé !

Aujourd’hui, dans le récap’ hebdomadaire de votre stagiaire préféré (au moins), j’aimerais vous parler de quelques réponses à des questions qui me trottaient dans la tête.

Ayant pour but d’insérer une étude de marché dans mon mémoire universitaire, je me posais des questions sur le deal label/artiste. A quoi le label s’engage, concrètement ? Et l’artiste ? Signe-t-on pour un album, plusieurs ? Comment négocie un label indé en 2013 ?

Il faut d’abord faire la différence entre le label producteur et le label licencié.
Le travail du label producteur commence très en amont : il finance la production de l’album. C’est à dire le producteur, les musiciens, le studio, le matériel, les rails de coke… Avant de s’occuper de la promotion et de la distribution. C’est le cas des majors.

Les labels indépendants sont plus souvent dans le cas du label licencié, comme Soulbeats. L’artiste arrive avec son album déjà tout prêt, et le label s’occupe de la commercialisation. Ce dernier achète une licence sur un territoire donné (le monde, l’Europe, la France…) puis gère la promo, presse les disques et entretient les relations avec les distributeurs.
En échange de cette commercialisation, l’artiste cède donc une licence, et touche un pourcentage sur les royalties.
Ainsi un groupe peut avoir des accords avec plusieurs labels différents. Imaginons un groupe anglais qui débute. Il cède une licence à un label sur l’Angleterre. Et on se rend compte quelques mois plus tard que c’est un véritable carton ! On songe de suite à exporter sa musique. Un autre label peut être sollicité afin de promouvoir l’album sur d’autres territoires.

On estime qu’un album a une durée de vie max de 3 ans. Évidemment, il faut regarder au cas par cas mais si l’on devait faire une moyenne… Durant ces années, le label s’engage à commercialiser le disque.

Mais alors, on ne s’engage que pour un seul disque ? En achetant la licence d’un album, on pourrait dire que oui. Mais une option de reconduction peut être envisagée. C’est à voir au cas par cas.

Concernant les clips, c’est la même chose, au cas par cas. L’artiste et le label négocient pour la prise en charge des coûts.

Psst… Au fait : toute la discographie de Groundation sort bientôt en vinyle ! Précommandes par ici : http://www.soulbeats.fr/offres-speciales/

[Compo] Cold Day, ou le jeu du doublage

image

Hola les niños ! ça faisait longtemps que je n’avais pas posté de musique ! Un mois, environ. Faire de courtes démos comme celles-ci m’aide à davantage maîtriser la MAO (le volume sonore me semble respectable cette fois-ci) et à toucher à des styles différents de ce que je peux jouer en groupe. C’est tout bénef’ !

Aujourd’hui, voici Cold Day :

http://soundcloud.com/quentindavid/cold-day

Que vous retrouvez également dans le lecteur Soundcloud au dessus, ou à la rubrique Musique.

L’idée était de trouver un arrangement à ces arpèges de guitare qui me trottaient dans la tête depuis un moment. Ce sont deux accords qui utilisent beaucoup les cordes à vide, CMaj9add6 et G6add9. Écrit comme ça, ça fait barbare, je sais. Pourtant, accordez-vous un ton en dessous (en Ré) et vous verrez que c’est facile et que ça sonne ma foi plutôt bien ! J’ai utilisé ma guitare 12 cordes : chaque note est ainsi doublée à l’octave, en une seule prise. Feignant, moi ? ;)

L’intro était initialement composée de nappes de clavier, juste de quoi grossir le son pour y poser quelques notes d’harmonica. C’est un instrument que je kiffe particulièrement, qui se marrie bien avec la guitare acoustique !On retrouvait également quelques renversements inspirés d’Eric Johnson à la guitare électrique. Et puis c’est passé à la trappe ! Je voulais quelques notes à l’harmo qui accrochent un peu l’oreille et dérangent, tout en restant écoutable, et j’ai fini par oublier les notes supplémentaires que j’avais rajoutées à la guitare acoustique qui faisaient frotter l’ensemble. Et oui, à force de travailler de longues heures sur le séquenceur… Un grand grand merci à ceux qui me l’ont fait remarquer ! J’ai préféré du coup enlever cette intro qui dénote quand même pas mal avec le reste.

Le refrain voit l’entrée de la batterie, doublée par une boite à rythme uniquement sur la grosse caisse et la caisse claire. Je voulais grossir le son et également le rendre un poil plus synthétique et compact. Un synthé bourré de delay pose quelques accords et égrène quelques notes afin d’aider la rythmique de la 12 cordes. La ligne de basse est doublée par un synth bass sur les notes les plus graves, une octave en dessous. La ligne mélodique, elle, est jouée par une guitare électrique gorgée de delay et de whammy réglée une octave au dessus. D’où le son plus synthétique que ce que l’on a l’habitude d’entendre avec un instrument de ce genre. MGMT, prends garde à toiiii !

Le second couplet n’est amorcé qu’avec la batterie (+boite à rythme) et basse (+synth bass, toujours). Le rythme est le même, pour donner un côté carré à l’ensemble. La 12 cordes finit par refaire son apparition, accompagnée de la voix, qui imite des percussions. La guitare électrique rajoute quelques interventions en arpèges. Oui, des arpèges sur des arpèges. Parce que c’est beau les arpèges.


Et on repart sur le refrain ! Le tout donne un côté un peu bordelique, “mur du son”, que l’on retrouve dans l’indie pop, avec en plus une vibe folk due à l’utilisation de la guitare acoustique et de l’harmonica.

Voilà voilà ! Kiffe ton son gros !

[Soulbeats Records] Reseaux sociaux et strategie numerique

Hello les enfants ! J’essaie de ne pas faire de trop longues tirades, afin que ça soit facilement lisible, mais comme parfois je me laisse emporter… Plutôt que de faire un article compte rendu de la semaine, couvrant mes activités de stagiaire (émérite), musicien et journaliste, je vais écrire ça par thématique ! En espérant que ça soit également plus simple pour vous aussi !

Nous disions donc, cette semaine à Soulbeats Records, nous avons fait le point sur le plan promo des Shaolin Temple Defenders. Tout se passe bien, Telerama est sur le coup, CD d’aujourd’hui (France 2) aussi… La sortie d’album s’annonce plutôt bien, les médias étant positifs !

Nous avions également discuté des statistiques web -notamment celles des réseaux sociaux- que j’ai pu récolter. Afin d’être clair, j’ai préparé pour vendredi dernier un Powerpoint éclairant sur les enjeux des réseaux sociaux, l’optimisation des outils déjà utilisés (Facebook et Twitter) ainsi que de nouveaux outils pouvant aider le musicien (nous en avions parlé dans le précédent article). Je me suis basé sur des livres et des articles en lien avec la musique, mais aussi avec le marketing.

Regardez donc les tendances de consommation 2013, faites par Adobe. Au menu, content marketing, ciblage et personnalisation accrue, et mobile de plus en plus utilisé ! J’ai lu dans une autre infographie que 62% des personnes étaient connectées aux réseaux sociaux via mobile pendant une émission télé. J’ai notamment en tête les Live Tweet à chaque émission de la Nouvelle Star. L’optimisation mobile devient incontournable, et l’optimisation des réseaux sociaux également, dans le cadre des artistes. N’ayez pas peur de faire rentrer le fan dans la vie du groupe ! Photo de tournée, vidéo de repet… En tant que fan on aime tous ça, ce petit truc en plus qui fait qu’on se sent davantage proche du groupe. On est asséné de messages de promo via les médias, autant contrebalancer tout ça sur le web !

Nous avons également essayé “A Tweet For A Track”, dans le cadre de la promotion du nouvel album de The Skints, “Part & Parcel”. Un titre téléchargeable gratuitement contre un partage sur les réseaux sociaux. Nous avions jusqu’alors l’habitude de cette méthode en échange d’une adresse mail. Comme le message accompagnant le lien pour télécharger est personnalisable, nous sommes loin des messages de promo délivrés souvent à l’issue de jeux concours, pourrissant nos profils. Si vous aimez le groupe, vous pouvez avoir une chanson et les aider en faisant circuler l’info, c’est plutôt cool non ?

A venir d’ici quelques jours : une nouvelle compo ! Stay Tuned !